Review et résumé du livre Grymkin : The Wicked Harvest

Pour ce premier article sur le blog, Raistlin nous parle des Grymkins.

grymkin book

Pour accompagner la sortie de la nouvelle armée de Hordes, les Grymkins, PP a comme à son habitude sorti un livre décrivant l’historique de cette armée.

Il s’agit d’un ouvrage tout en couleur, qui existe en couverture souple ou en hardcover, d’environ 150 pages et qui coûte 32€ en couverture souple ou 42€ en version rigide. Il existe aussi au format numérique.

On est sur les standards de PP en terme de qualité d’ouvrage et celui ci est donc rempli d’illustrations magnifiques. La mise en page est étonnante avec des pages de gribouillis dessinés par des gremlins, une sorte de route tracée pour The Wanderer ou encore des dessins d’enfant pour conter l’histoire des Defiers.

Suite à la mise en place de la card database, le livre ne contient aucun profil de jeu, toutes les cartes étant disponibles sur le site de PP, sur war room ou en français chez VG. Puisqu’il est question de VG, aucune traduction n’est sortie et il est très probable qu’aucune traduction ne sorte jamais.

Si le livre ne contient pas de profil, il présente néanmoins les themes forces, un scénario pour jouer à 4, un scénario spécifique pour 2 joueurs, des règles de terrains spéciaux (reflétant la transformation de la réalité par les Defiers) et une mini campagne de 3 scénarios (les grymkins doivent aller chercher un baron corrompu). Je n’ai rien testé de tout ça, mais j’étais très content de trouver une approche différente du jeu dans un command book.

Le livre donne quelques conseils sur les couleurs à utiliser (c’est pas exceptionnel comme indications) et montre des photos des figurines. Ça reste très classique.

C’est donc un très bel objet pour les collectionneurs et les gens (de bon goût) qui ont craqué sur l’armée Grymkins et souhaitent en savoir plus sur les raisons qui ont poussé cette armée à fouler les champs de bataille de l’Immoren. Bref, si vous parlez anglais et que vous aimez l’historique des Royaumes d’Acier, c’est un achat que je recommande car il contient pas mal d’informations et de révélations assez importantes sur l’univers !

Je vais essayer de résumé cela maintenant en reconnaissant bien volontiers un manque total d’objectivité. J’ai vraiment adoré cette lecture, d’une part pour la personnalité de l’armée en elle même, et d’autres parts pour les réponses à certaines questions.

Alerte Spoiler, si vous lisez plus loin, je vais dévoiler pas mal de choses. Le livre commence comme ça :

Il était une fois….

L’humanité en esclavage

grymkins 1

L’histoire commence par la naissance de l’humanité de l’ombre de Menoth alors que ce dernier combat le Ver dévoreur. Menoth n’entendit pas (ou ne voulu pas entendre) les appels à l’aide de l’humanité. Les hommes durent donc apprendre à se débrouiller seuls dans ce monde hostile. Mais ils étaient libres, libres de vivre, d’aimer, de mourir et de chasser comme ils en avaient envie.

Après un certain temps, Menoth vit arriver les âmes des hommes en Urcaen (sorte d’enfer grec qui est en fait le cauchemar du ver dévoreur). Le dieu masqué réalisa la puissance contenue dans chaque âme humaine et voulut s’en servir pour sa guerre. Le Ver dévoreur lui, était déjà vénéré par quelques tribus humaines. La guerre des âmes venaient de commencer. Mais il y avait aussi d’autres êtres, dans une dimension sombre entre Caen et Urcaen qui convoitaient plus que tout les âmes humaines (on parle ici des infernaux).

Pour récupérer les âmes des hommes, Menoth mit au point un plan visant à soumettre l’humanité. Il commença par créer l’immense cité de l’homme en Urcaen, une ville magnifique ou chaque homme pourrait trouver refuge en échange de son service dans la guerre des âmes. Pour remplir sa cité, Menoth donna 4 dons aux hommes :

Le premier fut la flamme, et les premiers prêtres dirent : « Sentez, nous n’auront plus froid l’hiver et la flamme repoussera les ombres ». Et les hommes prirent la flamme qui repoussa les ombres de leur imagination.

Le second fut le mur, et les prêtres dirent : « Regardez, derrière ces murs nous seront protégés des bêtes la nuit et de nos voisins le jour ». Et tous ceux qui franchirent les murs furent des étrangers et des espions.

Le troisième fut l’agriculture, et les prêtres dirent : « Goûtez, maintenant nous n’aurons plus faim ». Et certains hommes se mirent à labourer les champs, abandonnant leurs protections à ceux qui avaient des lances, jurant obéissance au seigneur qui avait le plus de lances.

Le quatrième fut la loi, et les prêtres dirent : »Écoutez, maintenant nous n’avons plus à nous demander si ce que nous faisons est bien ou mal, nous avons juste à obéir ». Et les hommes abandonnèrent le besoin et le devoir de penser par eux mêmes.

Ainsi les dons de Menoth feraient naître la corruption dans le coeur des hommes tout en les privant de liberté.

Quelques humains courageux entrèrent en rébellion.

La première fut The Child. Elle refusa les règles dictées par Menoth que ses parents voulaient lui imposer.

Puis vint The Wanderer, qui ne voulait pas se limiter aux murs et aux routes de Menotth.

Les lois de Menoth détruisaient l’imagination et The Dreamer refusa de s’y soumettre.

Un homme rejeta Menoth, mais aussi sa société et l’humanité qui allait avec, The King Of Nothing.

Tous trouvèrent le moyen de puiser dans la partie divine de l’âme humaine, mais de puiser si intensément que cela modifiait la réalité autour d’eux.

Un autre rejoignit les rangs des Defiers. C’était un prêtre roi Ménite, le premier et le meilleur d’entre eux, celui dont Cinot avait tout appris. Il fonda l’une des plus grandes cités humaines et apporta les dons de Menoth à beaucoup. En voyant sa légende grandir, The Heretic vit aussi le divin pour ce qu’il était : Quelque chose d’assez peu différent des hommes, hommes qui portaient en eux une part de divin. Il comprit surtout que les dons de Menoth étaient un piège pour enchaîner l’humanité. Et surtout il vit que Menoth ne punissait pas les corrompus, ceux qui abusaient de ses dons. Non, Menoth récompensait seulement l’obéissance et punissait seulement l’insoumission. The Heretic refusa de porter la parole de Menoth, se sachant son égal, si ce n’est son supérieur.

The Heretic se tourna vers les cieux : « Tu nous as fait à ton image ! Nous sommes nés de ta chair ! Tout ce que tu peux créer, nous le pouvons aussi ! »

Rébellion contre Dieu

grymkin2

The Heretic rassembla ses partisans pour aller détruire les bastions de la foi ménite. Il fut rejoint par The Wanderer et The Child. Les deux autres Defiers combattirent à leur manière.

Menoth eut peur de voir la rébellion grandir et d’autres hommes trouver le moyen de puiser le pouvoir de leurs âmes que le dieu désirait tant. Il ne pouvait laisser cela continuer et dut faire un exemple :

« Qui sont ils ceux qui se refusent à moi ? Qui est celui qui se prétend mon égal ? Je suis le créateur de l’homme. Je suis celui qui apporte le feu, l’agriculture, le mur et la loi. Pour votre insolence, vous allez faire face à un monde qui ne bénéficie pas de ma miséricorde, une juste récompense pour m’avoir défié ! »

Menoth ouvrit une barrière entre le monde des vivants et celui des morts et jeta les Defiers en Urcaen, un lieu pour les esprits et les âmes, non pour les vivants ! Là, ils ne mourraient pas, ne vieilliraient pas et seraient torturés par les esprits des bêtes du Ver dévoreur pour l’éternité. Les Defiers jurèrent de retourner sur Caen et d’arracher la corruption du cœur de l’humanité.

Les enfers d’Urcaen

grym3

Le monde des morts n’est pas fait pour les vivants. Lorsqu’ils arrivèrent en Urcaen, les Defiers étaient des choses pathétiques et vulnérables, incapables de se défendre malgré leurs immenses pouvoirs. Leurs propres pensées les trahissaient. Même dans le monde des morts, les Defiers étaient vivants et humains et ils avaient besoin de boire, manger et dormir. Il n’y avait rien à boire, ni à manger, et c’est assoiffés et affamés que les Defiers fuyaient les horreurs de l‘Urcaen. Mais il n’y avait nul part ou aller. Et lorsqu’ils s’endormaient, exténués, leurs propres pensées se retournaient contre eux et leurs propres cauchemars prenaient vie pour les tourmenter.

Le tourment et la douleur devinrent le creuset de la puissance des Defiers. Ils étaient constamment torturés, mais ne pouvaient mourir. C’est dans ce cycle de torture sans fin qu’ils prirent conscience de leurs propres pouvoirs et facultés.

Ils réussirent à prendre le contrôle de leurs propres cauchemars, de leurs peurs pour en faire des bêtes asservis qui les protégeaient.

Ils devinrent les maîtres des enfers.

La naissance des Grymkins

grym4

Des histoires se transmirent de générations en générations, des histoires racontant comment cinq individus rejetèrent Menoth et ses règles, refusaient la corruption et avaient promis de venir l’arracher de la surface de Caen. A chaque fois qu’une telle histoire était contée, elle renforçait les Defiers, leur donnant plus de puissance. Les Defiers réussirent à chuchoter à l’oreille des conteurs de ces histoires, les modifiant afin de renforcer leur puissance.

Ces histoires se multiplièrent. Certaines âmes corrompues, qui avaient tué, trahi ou abandonné leurs semblables étaient terrorisées par l’idée de rencontrer les Defiers. Mais ils avaient tellement peur que cette peur créa une chaîne entre eux et les Defiers, une chaîne qui les menait inextricablement vers ceux qu’ils craignaient tant. En examinant ces âmes les Defiers réalisèrent qu’ils avaient raison, les dons de Menoth engendraient la corruption. Ils utilisèrent leurs pouvoirs pour transformer ces âmes et les renvoyer vers Caen. Lorsqu’un homme meurt, un petit passage se crée entre Caen et Urcaen. Les Defiers, trop puissants pour traverser, se servirent de ce passage pour renvoyer ces âmes. Ils les modifièrent et les forcèrent à se nourrir de ceux qui avaient les mêmes pêchés qu’eux : Le père alcoolique qui terrorisait sa famille reviendrait chasser d’autres alcooliques. L’assassin tuerait d’autres assassins…. Leurs pouvoirs étaient si grands que chaque pêcheur qui tomberaient sous les coups d’une âme revenue d’urcaen deviendrait à son tour un Grymkin. Les Grymkins avaient tous un ordre en eux, attendre la venue des Defiers. Les histoires sur ces Grymkins se multiplièrent…

La Old Witch

grym5

A l’aube des temps, dans une caverne du nord, une bête à l’œil vif et aux griffes aiguisées observait Menoth marcher sur Caen. Elle vît les premiers hommes du nord et les chassa, but leur sang et rongea leurs os. Puis avec le temps, elle commença à les observer, les regarda se débattre et grandir. Elle les prit en affection. Elle décida d’aller les rencontrer et choisit la forme d’une vieille sorcière. Elle voulait les influencer car elle pouvait s’imprégner de leurs rêves et leurs espoirs et gagnait en puissance grâce à eux. Elle se fit appeler Zevana Agha, la vieille sorcière.

La vieille sorcière vit Menoth jeter les Defiers en Urcaen. Mais elle vit surtout les autres créatures, celles du plan de l’ombre qui guettaient l’opportunité d’ajouter des âmes à leurs collections.

Le temps passa et une jeune femme devenue déesse, Thamar, vit aussi ces créatures de l’ombre. Sur l’ordre de son frère Morrow, Thamar devait donner un don aux hommes pour faire face aux Orgoths. Thamar alla négocier avec ces créatures de l’ombre (les infernaux) pour donner la magie à l’humanité. Le prix à payer était exorbitant, un prix qui détruirait l’équilibre entre Caen et Urcaen, un prix impossible à payer. Mais Thamar connaissait l’histoire des Defiers, elle savait qu’ils arracheraient la corruption du monde des hommes. Et Thamar accepta le marché des créatures de l’ombre car elle savait que les Defiers seraient l’anathème de ces créatures.

Les siècles passèrent. Les sombres créatures trouvèrent de plus en plus d’hommes corrompus, leurs âmes faibles et veules à cause des dons de Menoth. Plus le temps passait et plus nombreux furent les hommes à se laisser corrompre, il serait bientôt temps pour leurs sombres maîtres de réclamer le monde et toutes les âmes humaines comme les leurs.

La vieille sorcière voyait la tempête arriver. Elle décida de libérer les Defiers. Peu importe ce qu’ils apporteraient, peu importe le carnage à venir, elle savait qu’ils chasseraient la corruption et retarderaient l’apocalypse à venir.

Publicités

Un commentaire sur “Review et résumé du livre Grymkin : The Wicked Harvest

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s